Le droit des Sourds et des Malentendants est un droit nouveau mais beaucoup reste à conquérir.

 

Il y a quelques années, on s'interrogeait, même au Ministère de la Santé, afin de savoir si la langue des Signes était un procédé " mnémotechnique" comme la sténographie...ou une langue à part entière.

Il a bien fallu que nos énarques s'en accomodent, la LSF n'est certes pas attachée à un territoire mais bien à une communauté minoritaire.

La Communauté Sourde peut à ce titre revendiquer la protection de sa langue et de sa culture, comme les kurdes, les Irlandais... et par conséquent, protéger ses droits spécifiques.

Bien des droits sont à reconnaitre, par exemple le droit de passer son bac avec sa langue, d'avoir des enseignants en LSF, des systèmes d'alarmes visuels, bref une multitude de petites choses pour tendre vers l'égalité.

 

Je me rappelle d'un jeune homme que je défendais au titre de la commission d'office pénale et qui était en détention provisoire au sein d'une maison d'arrêt. Sourd de naissance il s'exprimait avec ses mains...

Il vivait sa période de détention comme un enfermement dans l'enfermement. C'est là, que je décidais d'apprendre la langue des signes  à L'institut Saint Jacques où trône la statue de l'Abbé de l'Epée (qui fut d'ailleurs avocat avant d'être ordonné).

Philippe AUTRIVE